Blog posts for November 2005

Pourquoi les entrepreneurs utilisent l'Open-Source et pas Microsoft ?

C'est le blogggeur le plus éminent de Microsoft (Scobble) qui le dit en réponse à Ross Mayfield.

"1) Startup costs. Linux is free. Ruby on Rails is free. MySQL is free."

Le coût dé démarrage.. En effet, les entrepreneurs au démarrage de leur entreprise n'ont pas beaucoup de sous, par contre ils ont un peu de temps (mais cela change rapidement). J'aime beaucoup le 'Ruby on Rails" dans la phrase de Scobble. Très dans la mouvance "Web 2.0" de prendre RoR comme exemple..


Mais un bon entrepreneur ne prend pas ce genre de décision uniquement pour une question de coût de démarrage. Car on doit se poser la question des coûts futurs. Mais de ce côté la, s'il y a des coûts à l'open-source un fois qu'on veut accélerer et professionaliser, Microsoft n'est pas exempt de coûts cachés.

D'ailleurs Microsoft sait faire des packages pas cher pour les startups, mais l'entrepreneur se mefie et voit bien que c'est louche.. Le cadeau est la pour me coincer dans une plateforme qui va me coûter cher ensuite. De plus il y a des coûts cachés, ceux qui consistent à étudier le meilleur moyen de reduire la facture. Avec l'open-source on commence sans se poser ces questions là.

"2) Performance per dollar. They perceive that a Linux server running Apache has more performance than IIS running .NET."

Il va sans dire que IIS + .Net c'est pas le top du top.. C'est pas tant dans la performance que dans la modularité et la possibilité de faire quelque chose en cas de problème. Je pense que la modularité de la plateforme Open-Source permet d'agir de bien plus de façon. Si j'ai des problèmes de scalabilité avec Microsoft, elle peut venir de mon application ou de la plateforme qui ne me donne pas beaucoup de solutions. Mais une chose est sûr, quand je vais devoir compenser en ajoutant des machines ou du software, je vais devoir payer..

"3) Finding tech staff is easier. There are a whole new raft of young, highly skilled people willing to work long hours at startups who can build sites using Ruby on Rails."

Clair, quelque chose à changé de ce côté.. Les étudiants sont sur LAMP et Java et pas sur .Net. Accès gratuit pour les étudiants, pour les écoles. Ouverture du code qui permet d'apprendre. Aujourd'hui de loin, l'open-source est le meilleur endroit pour apprendre les méthodologies de développement (et en particulier les méthodes agiles). Le monde Java est particulièrement avancé avec des tonnes d'outils autour de JUnit. La méthodologie des projets d'Apache Jakarta est très intéressante de ce point de vue.

"4) Perception of scalability. The geeks who run these new businesses perceive that they can scale up their data centers with Linux and not with Windows (the old “Google runs on Linux” argument)."

Pour moi c'est plutôt le coût de la scalabilité de que la scalabilité elle-même. Je ne doutes pas qu'on peut rendre une plateforme Microsoft fiable et scalable, mais à quel prix ?

C'est sûr que si Google payait une licence serveur Microsoft pour chacun de ses serveurs jetables, cela serait pas loin de doubler le prix de la machine et donc de la plateforme. Le pricing des licences dans le monde de l'Internet pose de gros problèmes. Doit-on payer au serveur ou au user. Sur Internet, impossible de payer au user (y'en a des dizaines de millions). Donc on doit payer au serveur. Alors la on est plus libre d'architecturer sa plateforme comme on le veut. Pour optimiser les prix de licences qui deviennent conséquents, il faut plutôt faire des gros serveurs, mais ceci sont plus chers. Il faut donc sortir une feuille de calcul (et donc acheter Excel pour cela) qui est bien inutile dans l'Open-Source ou seul les coûts machines et humains vont rentrer en compte. Cela introduit aussi un risque, car si à un moment on est pris par le temps, on peut ne pas pouvoir optimiser et la il faut rajouter des tonnes de licences.

Nous avions eu ces problèmes avec Oracle chez NetValue et les choix étaient plus difficile. Aujourd'hui j'aurais clairement envisagé une système à base de MySQL ou Postgres et Linux afin de s'affranchir de cette complexité et de ces risques.

Et pourquoi devrais-je payer pour repliquer le softwaire sur des dizaines de serveurs. C'est moi qui est tout les coûts (machines et humains pour installer). Le fournisseur ne me prend-il pas un peu pour un bleu. Il est clair que quand une plateforme Linux est d'experience plus fiable, et que je n'ai pas ces coûts absurdes, alors la "ya pas photo". A Microsoft de venir prouver la valeur de ces dépenses supplémentaires. Or vu leur puissance, je vais avoir du mal à négocier vu que je serais déjà coincé dans leur architecture.

"5) That Microsoft doesn’t care about small businesses. After all, Microsoft is an evil borg, but Ruby on Rails comes from a single guy: David Heinemeier Hansson. He has a blog and answers questions fast."

Microsoft est trop gros pour être intéressé réellement par ses utilisateurs. Ce qui intéresse Bill et Steve, c'est le pouvoir et leur égo. Si c'était le fric, ils seraient tranquilles au bord de la mer depuis longtemps. Ils veulent dominer l'informatique et non pas la faire avancer. Bill pourrait faire penser à un geek passionné, mais s'il était vraiment passionné, il aimerait ce que font les gens de l'Open Source, car ils partagent leur connaissance et font avancer l'informatique autant que Microsoft l'a fait avancer.

Donc le problème, c'est qu'en ayant en face un Gorille (the 800 pound Gorilla) qui est capable de se lancer dans des bras de fer avec des états (parlez en au Danemark et à la corée), comment voulez-vous qu'un petit entrepreneur pense qu'il va pouvoir de quelque façon que ce soit négocier avec Microsoft. Et si j'ai un prestataire (qui lui sera peut-être plus maléable), je ne veux pas qu'il me dise 'je peux rien faire, c'est dans le soft Microsoft'.

Un entrepreneur ne veut pas se mettre dans des situations potentiellement bloquées. J'ai besoin donc d'un maximum d'ouverture et de flexibilité. L'ouverture des sources, la diversité des solutions dans le mon Open Source apportent cela.

6) "That open source makes it easier to fix problems and/or build custom solutions. A variant of the old “Google or Amazon couldn’t be built on Windows” argument."

Exactement l'arguement sur la diversité.. C'est tellement évident..

"7) On clients, they want to choose the highest-reach platforms. That doesn’t mean a Windows app. Or even an app that runs only in IE. It must run on every variant of Linux and Macintosh too."

Il suffit de faire une petite étude de marché sur le hosting de serveur dédiés linux, pour voir que la diversité de l'offre elle n'est pas chez Microsoft mais clairement dans les plateformes libres.

"8) They don’t want to take shit from their friends (or, even, their Venture Capitalist). Most of this is just pure cost-control. I can hear the conversation now: “OK, you wanna go with Windows as your platform, but is the extra feature worth the licensing fees for Windows?”"

Mouais, ça c'est pas terrible. Je dirais plutôt, que l'entrepreneur à bien vu que quand il choisit une solution libre il investit dans une plateforme qui mutualisée qui va progresser sans augmenter de prix. L'experience à montré que la plateforme Windows à constament augmenté de prix à chaque génération. Il est bien sûr très difficile de comparer car à chaque génération il y a des progrès phénoménaux. Il y a 10 ans c'était le lancement de Windows 95 et Unix ne fonctionnait que sur des grosses machines très chères. Même le hardware et Intel n'ont pas augmenté de prix à ce point la.

En fait le problème vient du fait que le marché du Hardware est beaucoup plus liquide que le marché du Software (finalement le hard est plus soft que le soft). En effet, dans le domaine des processeurs et des mémoires, ont peut bien plus facilement changer de fournisseurs (même Apple arrive à passer de PowerPC à Intel !), alors que quand on à investit sur une plateforme software aux APIs propriétaires, on ne peut pas changer comme cela, y compris de hardware. Résultat le marché n'est pas liquide. Windows ne peut pas être concurrencé par une solution "clone" ou très proche. Nombres de concurrents s'y sont essayé (rappelez vous DR-DOS, OS/2, Wordperfect, Netscape). Il faut forcement une rupture. Cette rupture c'est l'Open-Source côté software et le web côté services.

"9) No lockin. These new businesses don’t want to be locked into a specific vendor’s problems, er products. Why? Because that way they can’t shop for the best price among tools (or move to something else if the architecture changes)."

Le lockin = non liquidité du marché, comme indiqué dans le commentaire précédent. On est donc sûr de payer plus cher et de ne pas avoir le choix.

"10) More security. The new businesses perceive Linux, Apache, Firefox, and other open source stuff to have higher security than stuff built on Windows."

Clair, en 5 ans chez NetValue ou nous sommes passé de Netscape 4 à Mozilla sans passer par IE et Outlook, nous n'avons jamais eu de problème de virus qui ait impacté la productivité de l'entreprise. En 1 ans chez NetRatings qui nous avait rachété j'ai vu au moins 3 downtime du mail d'au moins 1/2 journée, donc un avec perte de données.

"11) More agility. I’ve had entrepreneurs tell me they need to be able to buy a server and have it totally up and running in less than 30 minutes and that they say that Linux is better at that."

Oui, on peut faire cela sans faire appel à des logiciels tiers. La plateforme est plus ouverte et on peut jouer avec. Il y a plein de Linux différents qui ont leurs avantages et leurs inconvenients. Il y a plein de serveurs Web différents.

Bref plus de choix au niveau des solutions.

"12) The working set is smaller. Because Linux can be stripped down, the entrepreneurs are telling me that they can make their server-side stuff run faster and with less memory usage."

Même chose, la modularité et l'ouverture jouent pleinement leur rôles.

C'est une belle liste d'arguments, mais aujourd'hui j'ajouterais un nouvel arguement:

"13) Microsoft n'est plus dans le coup"

En effet, même en en ce lançant dans le hosting, cela ne suffira pas à Microsoft à prendre en compte les mutations de l'Internet. Ce fameux Web 2.0, qui est en fait une évolution lente et naturelle de la technologie ou l'informatique personnelle et l'informatique de groupe fusionnent et ne deviennent qu'un, demande de revoir fondamentalement les architectures des logiciels et matériels.

Netscape avait lancé la vision du Web comme plateforme applicative. Scott Mc Nealy à dit "the Network is the Computer". Les logiciels "sociaux" comme les blogs, les wikis, les réseaux sociaux, explosent et de nouvelles applications prenant en compte ces caracteristiques concurrence fortement les solutions précédentes (Flickr, Delicious, etc..).

Comme le dit Sergey Brin de Google:

"On a Google Office: I don't really think that the thing is to take a previous generation of technology and port them directly, and say can 'we do the minicomuter on the Web on AJAX,' makes sense. I'm not saying that's what Microsoft? Office is, I'm just saying that I think the Web and Web 2.0, if that's what you want to call it, gives you the opportunity to do new and better things than the Office package and more. We don't have any plans to do an office suite?."

S'il doit y avoir un Google Office, il ne sera pas du tout comme Microsoft Office. Il sera très différent. Je suis 100% d'accord avec cela. La productivité de demain (et même d'aujourd'hui pour ceux qui le veulent) est dans le travail en groupe, dans des logiciels prenant en compte les aspects sociaux.

Si Microsoft veut être dans le coût dans ce monde la, il leur faudra revoir fondamentalement Office (et pas seulement faire croire qu'Office à évolué en méttant des dinosaures sur des affiches publicitaires). Mais Microsoft a toutes les raisons de ne pas faire cela, car cela serait très risqué pour les revenus (et surtout les marges) qui sont issus de Windows et d'Office. Est-ce que Microsoft pourra se canibaliser et proposer une nouvelle architecture. Est-ce que l'industrie est prête à accepter une nouvelle architecture contrôlée par Microsoft, qui dispose d'un très faible capital confiance ?

UPDATE: Apparement, Microsoft commence avec live.com (voir un article de CNET sur le sujet). Il y aurait l'édition collaborative de document Excel (avec un composant appelé MOJO), mais pour le moment, cela ressemble surtout à une occupation du terrain. On peut être sûr que les "vrais" services seront fortement liés à Windows et MS Office.

Je pense plutôt que l'avenir de l'informatique est dans les mains de Google et de l'Open Source. Google sera fort sur les particuliers et les TPEs. L'Open Source sera fort sur les PMEs et les Grandes Entreprises. L'Operating Système et la suite bureautique deviendront une commodité. OpenOffice sera largement suffisant pour les usages qu'on en fera encore sachant qu'on aura des outils "sociaux" supérieurs sur le web. Microsoft continuera par contre à collecter sa taxe sur les OS (PS, Mobiles, Consoles) et continuera à être un fournisseur de software et de services high-end, de plus en plus concurrencé par l'Open-Source par les couches basses (serveurs, mail, intranet, etc..).

L'Open Source aura des avantages car ils ne refuseront pas la connection à Google et aux services web publics, ce qui ne sera sûrement pas le cas de Microsoft.

Pour moi le business de Microsoft sera un peu comme le business Mainframe d'IBM. Il n'est pas dans le coup, personne en parle, mais il continue à rapporter pas mal d'argent.

Live.com: Un bide en 1 leçon par Microsoft

Comment faire un bide en 1 leçon:

1/ Prenez un 2 CTO de bon niveau (Bill Gates + Ray Ozzie)
2/ Prenez un site que vous avez déjà en stock (start.com) et renomez le (live.com)
3/ Préparez une vision d'un truc génial qui fait le café et transforme le plomb en or
3a/ Ajoutez qu'il y un super nouvel outil d'email en AJAX (ça fait comme gmail)
3b/ Ajoutez qu'il y a une suite Office complète en mode web (ça fait comme les wikis, writely)
3c/ Ajoutez qu'il y a un outil d'edition en live de document Office (ça fait comme oxyd ou jotspot live)
3d/ Aoutez qu'il y a des APIs pour les applications tier (ça fait comme les services de Google)
3e/ Ajoutez qu'il y aura du blogging, du RSS et de la messagerie instantanée (ça fait bien ! Tiens il manque les photos et les tags)
4/ Rajoutez des bugs au site précedent et n'ajoutez surtout pas une fonctionnalitée, et surtout aucune de la vision précedente
5/ Dites que c'est "Windows" Live et "Office" Live pour faire référence aux deux plus grands produits de l'entreprise
6/ Faites en sorte que le site plante sous Firefox alors que le site précédent fonctionnait
7/ Lancez cela en grand pompe avec toute la presse et indiquez que c'est un aussi grand changement pour Microsoft que la bifurcation vers les technologies web de 1995
8/ Ajoutez que cela sera gratuit (enfin pas tout, mais on sais pas quoi)

Voir l'analyse de Joel on Software sur le sujet.
Voir aussi l'avis du standblog. J'aime bien aussi cette analyse.

En final c'est donc que du FUD qui vise à occuper le terrain. Mais attention, il ne faut pas négliger ce que Microsoft finira par livrer dans 4 ou 5 ans. Le plus important, c'est que Microsoft accepte finalement que pour continuer à être compétitifs avec les petites entreprises, ils doivent fournir du software en mode web et que le financement par la publicité est possible. Que se passeras-t-il quand il comprendrons que le modèle Open Source est supérieur pour les grandes ? Pourrons-t-il maintenir leur croissance et leur marges ?

Un billet plus positif sur Live.com

L'annonce de Windows Live et Office Live à une partie intéressante, incarnée par la présentation powerpoint (ou powerpoint live je sais pas).

Vous pouvez voir le slideshow sur Flickr.

On y voit "Windows Live Local", un concurrent de Google Local, avec l'intégration VOIP. On se rapproche du beyond Google Talk dont parlait Olivier Seres il y a quelque temps . On y voit aussi Office Live Payroll qui serait un concurrente des services ASP NetSuite et peut-être ensuite Salesforce.com.

En final, il semble que l'objectif soit une intégration d'un ensemble de technologies plus ou moins existantes dans un environnement Microsoft-web-centric. On peut se douter que les vrais fonctionnalités avancés seront Windows-only. L'objectif pourrait donc être une fois de plus de protéger les bijoux de famille que sont Windows et Office en offrant des services web gratuits (ce que font déjà les concurrents) connectés uniquement à Windows et Office. En final l'essai sera transformé si l'intégration à Office et Windows font du sens. Et de ce côté la ce n'est pas si sûr. Si les utilisateurs peuvent d'un côté utiliser un Open Office sans intégration avec des services web et de l'autre côté des services tels que Salesforce.com, non seulement la cible de client sera plus large (Windows, Mac, Linux) mais en plus la solution globale sera moins chère (sans Office).

A suivre...

XWiki School avec la FING à la Cité des Sciences ce mardi

La FING nous accueille à la Cité des Sciences ce mardi 8 Novembre pour une matinée d'initiation à XWiki. Vous pouvez vous inscrire sur le site du Carrefour des Possibles.

Merci à Philippe Nikolov pour l'idée et l'initiative !

Beta-testeurs pour un remplacement de Multimail de SFR

J'utilise depuis quelques semaines mon developpement permettant d'accéder à mon mail POP3 par une interface WAP. Ce developpement utilise XWiki et marche plutôt bien sur mon téléphone Nokia 6310i.

S'il y a des testeurs qui veulent essayer le service, veuillez m'envoyer un email avec le sujet "test mobimel". Si j'ai quelques testeurs, je mettrais en place une version "publique" de ma passerelle.

Pour pouvoir utiliser le service, il vous faut un téléphone WAP (même ancien) et un accès WAP permettant à d'accéder des sites sur Internet. Apparement mon abonnement SFR me le permet (mais peut-être cela utilise mon abonnement "accès PDA", je ne sais pas). Je ne sais pas exactement quel abonnement il faut chez les différents opérateurs. Un des objectifs du test est justement de le determiner. Du côté email il faut un accès POP3 (ou éventuellement IMAP). Un WebMail sans accès POP3 ne peut pas fonctionner.

Conference ObjectWeb "Call for Proposal"

La conference ObjectWeb aura lieu du 31 Janvier au 2 Février 2006 au CNIT de la Défense. Le site de la conférence est fait avec XWiki ! Bravo à Xavier d'ObjectWeb pour ce super boulot.

L'appel à proposition pour les sessions se termine le 21 Novembre et il est encore temps de proposer des présentations.

Pour XWiki, nous avons proposé deux sessions sur des sujets assez proches:

1/ Dans la catégorie "Using Open-Source MiddleWare for SOA" la présentation "A Wiki for Service Oriented Architectures":

2/ Dans la catégorie "Focus on ObjectWeb Projects": "XWiki: a Wiki to build Applications"

J'espère qu'on pourra vous retrouver lors de cette conférence.

Le "Call for Proposal" c'est par la (toujours avec XWiki).

Recherche Stagiaires technique et marketing

XWiki cherche toujours des stagiaires dans le domaine technique et marketing. Si vous êtes intéressés par le nouveau Web, l'open-source et les services web, c'est un très bon endroit pour apprendre beaucoup de choses sur le sujet.

Les annonces suivantes sont toujours valables:

* Stagiaire Marketing Editeur de Logiciels Libres

Contactez nous sur jobs AT xwiki.com.

Projet Quareo: comment confondre technologie et business

Il y a quelque temps, notre cher président à annoncé son soutient au projet Franco-Allemand Quaero, géré par la nouvelle agence de l'innovation (désolé je ne peux pas faire un lien vers la page sur Quaero, car comme ils ont tout compris au web, le site est en Flash).

Rapidement, la presse à titré:

Même en anglais:

A une conférence, M Loos, le Ministre délégué à l'Industrie nous dit que «Google est indiscutablement une grande réussite, parce qu’il apporte une réponse à la recherche d’informations textuelles», il n’en est pas moins conscient que «la recherche dans ce domaine est loin d’être achevée»."

Et notre président: "We're engaged in a global competition for technological supremacy. In France, in Europe, it's our power that's at stake,"

Mais la je me demande s'ils ont bien compris le métier de Google. S'ils pensent que la bataille est technologique au niveau du moteur de recherche, la c'est n'importe quoi. Le moteur de recherche de Google est technologiquement avancé soit, mais ce n'est pas cela qui fait la spécificité de Google.

La spécificité de Google, c'est d'avoir utilise le réseau de publicité contextuelle AdWords et d'avoir rentabilisé les recherches que les Internautes font, pouvant ainsi financer une plateforme à très haut performance. Cela leur permet maintenant de s'étendre sur d'autre services (les cartes avec Google Maps, la bibliothèque avec Google Print, le mail avec Google Mail, etc..). Même Microsoft avec Microsoft Live vient de reconnaître que les revenus des publicités pouvaient rapporter plus que les licences (j'en parlerais dans un autre article).

Alors super, l'agence de l'innovation va dépenser une fortune pour developper des fonctions de recherches en pensant que cela va se commercialiser comme Airbus face à Boeing ? Ou alors envisage-t-il de mettre ses outils à la disposition de tous en le faisant en Open Source ? Je suis sûr qu'Exalead qui est dans le programme et qui vit justement des licences va faire cela !! Est-ce que le financement du developpement va financer une plateforme de type Google (qui fait déjà 4Mds$ de revenu annuel). Serieusement j'en doutes. Ils sont en train de nous construire une cathédrale avec 10 ans de retard, en n'ayant même pas les équipes d'ingénieurs spécialistes de ces cathédrales.

Si l'on veut utiliser l'approche cathédrale (et non l'approche 'bazar', voir "La cathédrale et le bazaar" d'Eric Raymond, traduit en français), il faudrait plutôt se concentrer sur la cathédrale "business" et non sur la cathédrale "technologique" (cela fait mal de dire cela en tant qu'ingénieur). La réalité c'est que vouloir affronter les américains sans le fameux "business model" n'a pas de sens. La technologie ne coûte pas grande chose, et c'est pour cela qu'elle évolue petit à petit dans le pot commun de l'Open Source. Par contre c'est la commercialisation, l'intégration, l'évolution des technologies qui coûtent cher.

Pendant ce temps, le bazar est à mon sens la seul voie possible pour que l'Europe rattrape sont retard. Simplement, on ne sais pas vraiment financer le bazaar en France. Le "seed-investisting" est de commun-accord très rare, le "capital risque" évite le risques. Les grandes sociétés evitent les petits fournisseurs et comme le marché est moins mur pour de l'innovation, on arrive à faire autant de chiffre d'affaires aux USA sans présence aux USA qu'en Europe en étant sur place.

Heureusement, beaucoup soutiennent l'Open Source (comme le SIL-CETRIL, l'ADDULACT, ObjectWeb). Il serait intéressant de savoir combien d'emplois représente l'ensemble des personnes qui travaille en France avec de l'Open Source (dans les universités, dans les PME, dans les SSLL et SSII).

Car quand je vois que les 100 plus gros éditeurs français représente 10% de Microsoft, je ne vois pas bien l'interêt de le faire croitre à 11%. Il faut soutenir des plateformes qui nous affranchissent des sociétés US et qui permettent aux petites sociétés d'emerger sur ces plateformes. Ceci n'est pas possible avec le modèle propriétaires. Les sociétés "propriétaires" seront des proies trop faciles pour les éditeurs américains et une fois racheté il ne nous restera rien (comme avec GEMPlus par exemple). Est-ce que les patrons d'ExaLead refuseront le cheque d'un éditeur américain (dans le domaine Autonomy a acheté Verity pour 500m$).

Pour finir sur une note optimiste, le point positif, est que cela va soutenir des établissement de recherches et des sociétés de technologie, ce qui est somme toute pas mal. Mais je crois que l'ambition doit-être revue et il serait bien d'investir de l'argent sur un réseau publicitaire ouvert (je pense que seul les telcos peuvent le faire).

IBM into Applications Wikis

Apparently IBM has shown QEDWiki:

"Extensions to wikis that lets people "easily link together applications and services that are on the Web." David Sink and Joel Farrell show the QEDWiki demo. They show a table of contacts and then turn it into a database. They do a "mash up" with Google Maps and weather data. Right now, it requires on-screen programming, but they assure us it'll be much more user-friendly when it ships.... It's php-extensible. It uses AJAX."

It seems that it's going to be a product since they say it will "ship". It's great to have an Application Wiki in PHP to spread this type of tool. TWiki is the closest to an Application Wiki in the "Perl" world and JotSpot is one in the "proprietary" world. And XWiki is the Open Source Application Wiki in Java. The .Net platform is clearly missing some good wikis (there is FlexWiki which is Open Source from Microsoft).

Note that IBM has also some XWiki's install internally, as well as many other wikis, as have many big companies.

Via Jonathan Nolen

Opportunisme politique: Que disent les sondages ? Couvre-feu ou armée ?

L'annonce Google de L'UMP fait le tour des blogs. Et même aux USA.

La padawan en avait déjà parlé et nous montre mainenant que le partie socialiste a répondu par son propre lien sponsorisé.

Dans un billet d'Alexis Mons, un lien vers un article d'IPSOS nous rappele que la publicité politique est reglementé (nous sommes un des derniers pays ou c'est le cas).

La parti au pouvoir, qui peut voter des nouvelles lois, se mettrait t'il dans l'illégalité, sous pretexte de modernité ? Apparement avec Sarko, la fin veut les moyens sans aucun doute (l'UMP est accusé de spam suite à un mailing récent)

Ceci se rajoute au "langage" tres raccoleur de Sarko depuis le début de cette affaire. Je suis un peu carrément affligé quand je vois son opportunisme politique dans la perspective de la présidentielle 2007. L'instauration de l'état d'urgence dans les banlieues n'avait même pas été instauré en mai 1968. En arriver la aujourd'hui, est un signe évident de la faillite de l'état dans son ensemble (de droite ou de gauche) incapable de résoudre le problème depuis des années (rappelons-nous le film "La Haine" de Matthieu Kassovitz qui aurait du être un electrochoc et qui n'a rien changé apparement).

Mais comme le montre ces campagnes, il semble que la classe politique pense aujourd'hui que c'est une affaire de communication, et pas une affaire d'actes politiques. Alors allez-y, continuez à recruter les spécialistes en communications ou autres spin-doctors et surtout ne vous occupez pas du pays, ou mieux encore, voyez avec les spécialistes comment le mieux utiliser les situations. Imaginons-un peu la discussion au ministère:

"Que disent les sondages ? Couvre-feu ou armée ? Et sur la cible électorale "extreme-droite" cela dit quoi ?"

On en est pas très loin.
Soupir.

One Advertising System to rule them all

Dans un article précédent je parlais de Quaero, l'initiative de moteur de recherche multimedia Franco-Allemande, et surtout de l'erreur de cible qui est faite. Pendant que la concurrence pense que c'est technologique et que le produit doit être bien, Google rigole et file tous gratuit financé par la publicité AdSense.

Même chez Microsoft, on commence à comprendre cela, et on commence à tirer le signal d'alarme. Scobble analyse comment Google fait tourner le cercle vertueux d'AdSense qui fait que les annonceurs et les sites ont interêt à renforcer AdSense et à utiliser les services et APIs de Google.

Pendant ce temps, les technologies des concurrents sont payantes:

- pas d'usage commercial des Yahoo Maps et Microsoft Virtual Earth

  • limites du nombre de requêtes
  • je vous parle même pas des tarifs de l'IGN pour obtenir des cartes

Dans cet article de l'Expansion, on nous parle de ces deux Mémos internes de Microsoft tout d'abord le mail de Bill accompagné du mémo de Ray Ozzie (est-ce que Bill Gates prépare sa retraite en passant la main de la vision à Ray Ozzie ?)

En particulier ces points sont très très importants:

1/ "The power of the advertising-supported economic model."

Le produit c'est "AdSense" et "AdWords" pas "Google Search" ou "Gmail". Et comme l'indiquait Scobble il y a le cercle vertueux qui fait qu'annonceurs (qui amènent les sous) et sites (les nouveaux partenaires, équivalent des ISV dans le monde du software) restent avec Google.

2/ "The effectiveness of a new delivery and adoption model."

Les approches Online (on teste online, on paye online, on en parle online sur les blogs) et l'approche Open Source crée un challenge au mode de commercialisation traditionnels.

Joe Kraus de jotspot disait à une conférence Wiki: "software has to be expendible, not approvable" (les logiciels doivent pouvoir être mis en note de frais, pas approuvés par le budget).

Le prix doit être plus bas, mais avec un cycle de vente plus court et des plus grandes quantités.

3/ The demand for compelling, integrated user experiences that “just work”.

Simple et efficace. Pas de bandeaux de pub horribles, moins de features.

Bref, tout le monde est d'accord en interne et en externe. Le challenge posé par Google à Microsoft est plus important que celui posé par Netscape en 1995. Le "changement" (disruption) est plus important qu'en 1995. Ce n'est pas seule la technologie qui change, mais aussi le business model.

Au passage, Ray Ozzie indique " Only a few years ago I’d have pointed to the Weblog and the Wiki as significant emerging trends; by now they’re mainstream and have moved into the enterprise. ". En effet Microsoft est particulièrement absent du domaine Blog et Wiki pour entreprise. Les utilisateurs de Sharepoint en savent quelque chose.

PS: A noter que la fuite des mémo est trop belle pour être vraie. L'objectif est bien sûr de faire passer le message que Microsoft est de retour dans la course. Mais ça, avec Microsoft Live, c'est clair et vaudra mieux éviter d'être au milieu de champ de bataille entre Microsoft et Google.

Zlio coming soon

Aujourd'hui j'ai testé Zlio, le nouveau service de Jeremi Berrebi qui avait crée Net2One à la grande époque du Web 1.0.

Comme il ne veut pas qu'on dévoile ce qu'est le service, puisqu'il veut garder l'effet de surprise, je peux juste dire que c'est pas mal du tout et que c'est un mix de petites choses qui existent par-ci par la sur le web. Mais le mix est justement particulièrement intéressant.

En tout cas bravo pour le boulot car c'est très bien réussi.

Les Frenchies à l'attaque de l'Internet

Cela fait plaisir de voir une serie de services fait par des français commencer à faire du buzz sur Internet, et ceci au niveau mondial.

En vrac:

* NetVibes de Tariq KRIM et Florent Fremont, qui fait un max de buzz en un minimum de temps. Faut dire que c'est quand même mieux que ce que Microsoft a livré de live.com.

  • Fotolia, banque de données d'images libres de droits permettant aux photographes amateurs de vendre leurs photos, crée par Thibaud Elziere, Oleg Tscheltzoff et Patrick Chassany (à New-York semble-t-il).
  • Zlio crée par Jeremi Berrebi et dont on peut pas parlé puisque ce n'est pas encore lancé. Je ne sais pas si Jeremi à prévu de lancer ce service mondialement par contre.
  • BlogMarks créé par un team de oufs.

En tout cas, cela fait plaisir que les frenchies ne regardent pas passer le train du Web 2.0 (si cela existe) et sont capables d'innovation et ceci de façon mondiale.

Jérémi sur LCI de Chine

Jeremi, notre stagiaire sur XWiki, nous manque beaucoup depuis qu'il est parti dans l'empire celeste.

Heureusement, on a envoyé une équipe de LCI pour vérifier qu'il ne lui arrivait rien de mal.

Jérémi je compatis, 8Mb pour la FAC tout entière, plus la censure, ça doit être très dur.

UPDATE: Il faut être précis quand on blogue. La Chine est l'empire celeste. Le pays du soleil levant c'est le Japon. C'est un truc à avoir des ennuis ça..

Risk sur Google Maps

Très fort ! On peut jouer à Risk avec une carte de Google Maps.

Via Ajaxian.

Google lance Google Analytics

Google vient de lancer Google Analytics, produit issue du rachat d'Urchin.com en Mars 2005. Je viens de l'installer sur mon blog pour voir un peu ce que cela fait.

D'un produit payant assez cher, Google vient de lancer un produit qui baisse violement le prix. eStat et Xiti ont de quoi s'inquiêter. 5Millions de pages vues et pas de logos sur l'offre de Google.

Mais le plus intéressant est dans le fait que la limite de 5Millions de pages vues ne s'applique apparement pas aux clients d'AdWords.

Cela en ferait un des premiers services "sponsorisé" par le fait d'être un client d'AdWords. Aujourd'hui les services software ne coûtent pas grand chose par rapport à ce que rapporte le système de publicité de Google et Google fera out pour protéger cette source de revenus.

Hors ce service est non négligeable en terme de resources techniques nécéssaires pour faire tourner les stats. J'en sais quelque chose, car j'ai travaillé sur des plateformes de statistiques.

Google Base est lancé

Google vient de lancer la beta de Google Base, service qui avait ces derniers été analysé de long en large afin d'imaginer ce que ça allait être exactement.

Pour le moment je pense que c'est toujours un index spécialisé sur des données structurés, comme les Annonces emploi, les voitures, les produits et services, les evenements, ou ce que vous voulez structurer vous même.

Il y a quelques navigations sympatique par Google Maps, ou par Prix. Mais rien de fabuleux encore. La saisie des informations n'est clairement pas métier.

Fait intéressant, Google à introduit une "date d'expiration" maximum de 31 jours, ce qui peut obliger à reactualiser les données régulierement. Cela semble tourner le service vers l'offre commerciale limité dans le temps (offre d'emploi, eBay ?)

Il ne s'agit pas aujourd'hui d'un concurrent aux services spécialisés, mais cela peut redefinir ces marchés de plusieurs façons:

- les petits services spécialisés ou les entreprises pourront envoyer leurs offres directement dans ces systèmes et donc avoir une meilleur audience pour leurs offres, ce qui peut pousser les grands sites à aussi devoir faire indexer leurs informations dans cet index structuré. Ceci sera d'autant plus possible si des logiciels proposés aux entreprises font cela directement.

  • des interfaces spécialisées peuvent être construites au dessus du moteur afin d'avoir plus de convivialité, mais en utilisant les données et le stockage de Google. Probablement si l'on ne veut pas être limité sur les APIs de stockages, il faudra utiliser les Google Ads sur le système. Il faut pour cela qu'un API soit proposée, ce qui ne semble pas encore le cas.

La combinaison de ces deux facteurs peut sur le long terme concurrencer serieusement les sites leaders gérant ces données actuellement.

eBay, les sites d'emplois, de rencontres sont clairement dans la ligne de mire à long terme de ce service.

En tout cas du côté d'XWiki, on va voir comment on peut pousser directement des données structurés d'XWiki dans la Google Base, ainsi qu'afficher ces données dans le wiki.

Ou va le monde version Française: les grèves

Merci les grèves.. On a un salon demain et quelqu'un de l'équipe de venir à Paris en train.. On sait pas s'il peut venir.. En plus on doit en profiter pour discuter de la stratégie..

Tout ça pour une privatisation non-annoncée ? Pour de l'externalisation de certains boulots ?

Allez c'est bon.. lachez nous un peu.. et laissez les gens bosser..

Apparement c'est aussi la grève de l'information chez Libération. Mais apparement, on ne se limite pas à arrêter de bosser, mais aussi à modifier significativement le site Internet.

greve.png

Ou va le monde version US: l'offshore en bateau

Comment payer moins cher les developpeurs sans avoir les problèmes de management à distance..

Simple, 600 developpeurs Indiens ou Chinois sur un paquebot en eaux internationales le long des côtes de Californie. Suffisait d'y penser..

C'est Sea Code.

Je sais pas s'il faut en rire ou en pleurer.

Le Web 2.0, un retour aux sources, pas un révolution

Fred Cavazza nous fait partager un article résumant de son point de vue ce qu'est le Web 2.0.

Pour moi, le Web 2.0 c'est ce qu'aurait du être le Web 0. Comme le dit si bien Tristan, Tim Benners Lee avait pensé le web editable.

Il y a juste eu une petite parenthèse et elle n'est pas finie. Il fallait déjà que le niveau informatique des utilisateurs augmente et ensuite que le niveau internet augmente..

Je crois qu'on surévalue encore le niveau actuel. J'ai eu l'occasion de faire une conférence pour parler de XWiki (que tu aurais pu citer avec JotSpot) et je me suis rendu compte que beaucoup d'entreprises par exemple ne sont pas encore complètement dans le Web tout court. Elles ont encore du boulot sur l'eCommerce, sur les processus interne optimisables par l'informatique, avant de transformer tous leur utilisateurs en manipulateurs d'informations..

Donc pour moi le Web 2.0 est plutôt un retour aux sources qu'une révolution. Mais ce retour est important. S'il y a révolution c'est celle des utilisateurs qui se lancent pour de vrai dans le web petit à petit.

Le Web 2.0, on lui donne un nom car le monde du business aime les noms car cela fait effet de 'label'.

Mais il faut savoir raison garder. Avec le buzz, peuvent aussi venir ceux qui exploitent le filon et la bulle. Mais avec le buzz peut aussi venir des moyens suffisants pour faire des choses très intéressantes.

Et le dit Fred, la technologie c'est pas important.. Les usages non plus d'ailleurs.. Ce qui va faire que ces services ou logiciels fonctionnent c'est d'avoir un business model. C'est le business qui compte. Comment vont-ils gagner de l'argent ? Et pendant combien de temps ? En tant qu'utilisateur, je me mefie d'une service qui sera forcement different le jour ou il ne sera plus "subventionné". Par exemple je suis utilisateur de Bloglines et je ne sais toujours pas comment ils gagnent de l'argent sur ce service gratuit. Par contre je suis utilisateur de Google, et la j'ai bien compris et surtout leur compte en banque montre que cela fonctionne.

De ce côté la, le Web 2.0 c'est comme l'Open Source. Il faudra savoir faire la difference entre les projets d'un jour et les projets d'avenir. Je sais de quoi je parle, puisque je gère un business Open-Source ET un service Web innovant (Web 1.883452), et que je suis confronté au jour la jour au fait de permettre à ma société de croître. Et pour le moment, c'est plutôt l'Open Source qui nous permet de nous financer plus que le Web 2.0. (Note: l'investissement en capital-risque dans une société ne prouve pas sa viabilité mais ne fait que retarder le moment ou on la verifiera).

via Tristan.

SAP investisting in something it doesn't believe in ?

Shai Agassi, SAP's President of Product and Technology is either misinformed or not very coherent..

A few weeks ago, he invests in SocialText which then announces it's return to open source roots.

And now, Shai Agassi dismisses open source as non innovative and as 'socialist':

"Intellectual property IP? socialism is the worst that can happen to any IP-based society," he said. "And we are an IP-based society. If there is no way to protect IP, there is no reason to invest in IP."

Well, it looks like it's so socialist that your own company invests in companies which have open source at their core. Or maybe "investment" is a socialist word.

Marc Fleury from JBoss has a good answer for those wishing to understand why Open Source is able of sustaining reasearch & development and innovation.

via Tristan

Tags:
Created by Admin on 2008/12/22 02:03
    
Copyright 2004-2014 XWiki
6.3-NODE1